Padre Manuel Rodrigues Coelho Tento do setimo tom (transposé)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Enregistré juillet 2011.

Partition sur internet: classicscore.hut2.ru—>Coelho, Manuel Rodrigues—>Tento XIX.
Reproduction de la publication originale (Lisbonne, 1620)se trouve sur imslp.
Date de la composition difficile à préciser (publication en 1620).

Voici donc cette « exception » que j’évoquais à la fin de la présentation du « Tento do primeiro tom » de Coelho. En effet, dans les autres « tentos » de ce compositeur (il y en a 24), le thème initial, après un début fugué sur ce thème, semble intervenir de moins en moins souvent, puis se perdre… en fait il n’est plus que le « terreau » (comme dit Apel) pour tout un foisonnement d’idées dérivées ou secondaires, qui finissent pas créer une sorte de dynamique menant finalement la pièce à sa conclusion. Celui-ci est différent. D’abord il est plus court que tous les autres. C’est vraiment une pièce monothématique, d’une construction rigoureuse d’un bout à l’autre, et par ailleurs pleine de charme. Et la conclusion rapide à trois temps, très enlevée, joue toujours sur le même thème, modifié de manière très joyeuse.

Ce que j’aime dans ce thème, c’est le côté un peu tâtonnant, comme si l’on s’essayait au clavier pour voir s’il sonne bien. Cela commence par ré – ré – mi… puis retour au ré… pour jouer ré – mi – fa… puis redescente au mi pour repartir mi – fa dièse – sol… J’aime beaucoup cela, cela me rappelle mon père se mettant au piano et cherchant une note après l’autre, pour sentir si la main est bien détendue, si l’on obtient la bonne couleur… comme je l’ai entendu faire de nombreuses fois. Et ce qu’on entendait pouvait bien ressembler à notre thème.

Le problème était que je ne pouvais le jouer sur mon clavicorde, parce que lorsque la première voix se pose sur la note fa et y reste deux temps, c’est alors la deuxième voix qui commence, sur sol, créant avec la première voix d’emblée une seconde majeure fa-sol injouable sur mon instrument. J’ai passablement tourné en rond,cherchant un moyen de remédier à ce problème. J’avais finalement abandonné à mon grand regret l’idée de jouer cette pièce, lorsque finalement j’ai réalisé que je pouvais la jouer en la transposant à la quarte supérieure, en partant de sol, car alors la seconde majeure problématique se joue sur si b – do, ce qui est jouable sur mon clavicorde. Une telle transposition ne semble pas complètement rédhibitoire au regard de la pratique musicale du temps.

Evidemment le registre le plus aigu est ainsi plus sollicité que d’habitude, ce qui n’est pas sans intérêt, ce n’est pas mal de l’utiliser pour une fois, l’occasion ne se présente pas souvent. Il y a aussi, peu avant la fin, quelques mesures que je dois jouer à l’octave inférieure (c-à-dire transposée à la quinte inférieure au lieu de la quarte supérieure). Mais cela n’est pas mauvais, parce que la remontée d’une octave, juste avant la fin, pour autant qu’elle soit bien amenée, contribue à la dynamique joyeuse de cette conclusion. Et il est intéressant qu’on puisse ainsi terminer sur l’accord le plus large possible sur mon instrument, avec l’écart de quatre octaves complètes entre la basse et le dessus, du do grave au do aigu (do-do-sol à la gauche,ce qui est possible grâce à l’octave courte, et do-mi-do à l’aigu). Voir le détail de cette conclusion sous « L’instrument »—> »Divers »—> »Astuces », à la fin de l’article.

2 réflexions au sujet de « Padre Manuel Rodrigues Coelho Tento do setimo tom (transposé) »

  1. Ping : Liste des compositeurs et des oeuvres enregistrées | Mon clavicorde

  2. Ping : Liste des compositeurs et des oeuvres enregistrées | Mon clavicorde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *