Antonio de Cabezon Tiento del segundo tono Ob (1)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Le premier thème se caractérise par une grande simplicité et un désir d’aller à l’essentiel. Il commence par un saut de quinte ascendante sol – ré, puis, comme pour explorer cet intervalle, le parcourt depuis la tierce sib vers la quinte, soit sib – do – ré; puis il redescend sur la tonique sol où il se pose. Donc: sol – ré (long) – sib – do – ré – sol.

Dans ce tiento, on est frappé par le caractère strict du contrepoint imitatif, contrastant avec le contrepoint semi-imitatif qui domine dans la plupart des tientos de VH; et par le fait que le travail en imitation stricte sur ce premier thème se déploie sur une période remarquablement longue, jusque vers les deux tiers de la pièce.

A partir du tiers de la pièce, ce thème est accompagné par des figuration en chaînes de croches (figuration de type toccata); cela se poursuit jusque vers le deuxième tiers, puis, après une cadence, le deuxième thème fait son apparition.

Ce deuxième thème, à l’opposé du caractère « élémentaire » du premier, consiste en une longue mélodie de dix-neuf notes, ce qui est exceptionnellement long pour un thème cabezonien, surtout lorsqu’il est traité, comme c’est le cas ici, en un contrepoint imitatif strict (car le plus souvent on a affaire à des motifs de quatre ou cinq notes, par ailleurs rapidement modifiés en cours de route). Il est marqué en son milieu par un surprenant saut d’octave, suivi d’une longue gamme descendante.

Lors du premier exposé de ce deuxième thème, il est accompagné, à la basse, par un dernier énoncé du premier thème. Cette manière de combiner des thèmes différents, qui aura un tel développement chez Bach, est une nouveauté dans l’œuvre de Cabezon. Il en résulte qu’ici les sections consacrées au développement contrapuntique de chacun des deux thèmes, sont reliées par un passage où ils sont combinés.

Après un passage d’une animation croissante où interviennent des triolets de noires, le tiento se conclut par des chaînes de gammes descendantes en noires, issues de la « queue » du deuxième thème, se superposant en « tuiles » d’une voix sur l’autre:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *